Maladies & Grossesse : névralgie intercostale pendant la grossesse

Maladie et grossesse n’ont jamais fait bon ménage. La névralgie intercostale qui survient au cours de la grossesse, n’échappe pas à cette règle.

La névralgie intercostale lors d’une grossesse

La névralgie intercostale est une maladie douloureuse qui atteint la région du passage des nerfs tout au long des espaces intercostaux, pour différentes raisons. Elle est parfois confondue avec une angine de poitrine, et peut amener des complications lors de la grossesse, à cause de l’intense douleur qu’elle provoque.

Les causes de la névralgie intercostale

La névralgie intercostale est causée lorsque des nerfs se retrouvent compressés dans la région de leur départ, des troncs nerveux et des vertèbres déformées dans l’ostéochondrose. Cette pressurisation peut provoquer un gonflement des tissus ou une forme de formation comme un abcès, un gonflement ou une hernie. Quand l’inflammation se produit dans la région pérénurologique ou dans le nerf lui-même, cela peut entraîner le développement de la névralgie intercostale accompagnée d’une hypothermie.

La névralgie intercostale se produit souvent lors d’une grossesse. Les nombreux processus physiologiques que subit l’organisme d’une femme pendant cette période en sont la cause. Les hormones se réorganisent ce qui amène une augmentation du volume de liquide dans le corps. Tout cela peut entraîner une compression des nerfs. Quand l’immunité diminue, cela conduit au développement de processus inflammatoires.

Quand la grossesse en est au troisième trimestre, et que le ventre augmente de taille de façon visible, le diaphragme remonte, le volume de l’excursion thoracique diminue et les nerfs intercostaux sont alors facilement comprimés par les espaces intercostaux réduits.

La manifestation de la névralgie intercostale

Le symptôme principal de la névralgie intercostale pendant la grossesse est la présence du syndrome de la douleur tout le long des espaces intercostaux. La douleur varie d’intensité d’une femme à une autre. Mais, très souvent elle est assez forte, ce qui peut être cause de panique chez une femme enceinte.

La névralgie intercostale a la particularité d’être facilement confondue à d’autres maladies. Cela est dû à la présence de branches et de collecteurs entre les nerfs, qui peuvent provoquer de vives douleurs irradiantes dans la zone du cœur, du foie, de la rate et de l’abdomen.

L’une des caractéristiques les plus importantes, sinon même, la plus importante de la névralgie intercostale est le lien évident entre la douleur et la gestuelle. Il peut apparaître au repos, mais il se manifeste souvent au moment de l’exercice d’un mouvement, ou d’un geste. La douleur est alors intense. Ainsi, au mouvement ou geste, on entend aussi bien le torse se tournant, les mains qui s’élèvent et s’abaissent et aussi tout le processus de la respiration, les éternuements et la toux, lorsque le volume de la poitrine change.

Diagnostic et traitement de la névralgie intercostale

Pour établir un diagnostic, le médecin souvent, soumet la patiente à un questionnaire et fait un historique de la maladie. Lorsqu’il constate qu’il est en présence d’une éducation pathologique, il lui fait faire une échographie. Ainsi, il peut voir, ce qui représente ou non un danger pour la femme enceinte et son fœtus.

Le traitement est souvent utilisé de façon locale pour diminuer les effets des médicaments sur la santé de l’enfant à naître. Cependant, lorsque le syndrome de la douleur n’est pas bien exprimé, l’œdème et l’inflammation sont souvent soignés à l’aide de la physiothérapie. Des pommades et des compresses anti-inflammatoires sont utilisées sur l’œdème et l’inflammation. Les exercices avec la névralgie intercostale sont assez fréquents. Au cas où la douleur serait vraiment intense, cela pourrait conduire la femme enceinte à développer un état de stress dans son corps. Heureusement, il reste la possibilité d’utiliser des médicaments sous forme de comprimés. Ce genre de traitements prend en compte l’effet tératogène du médicament. Ce qui veut dire qu’il doit être totalement absent ou alors vraiment minimisé. En période de grossesse, la femme tolère très peu de médicaments. Dans tous les cas, l’approche du traitement est individuelle et donc différente d’une femme enceinte à une autre. Le traitement est prescrit et réalisée seulement par un médecin qualifié. Cette précaution est nécessaire car dans une telle situation, il ne s’agit pas seulement de la santé de la femme enceinte, mais aussi de la santé de l’enfant qui va naître.