Pédiatrie : l’érythème polymorphe chez l’enfant

L’érythème polymorphe, bien que très peu fréquente chez les enfants, peut quand même se manifester dans certains cas. Il suffit simplement de prendre des dispositions très tôt pour ne pas le laisser s’aggraver… On vous en parle dans la suite de cet article…

C’est quoi l’érythème polymorphe ?

L’érythème polymorphe est une maladie qui attaque la peau et les muqueuses. Elle atteint généralement l’individu lorsqu’il a entre 3 et 50 ans. Mais elle est beaucoup plus fréquente dans la tranche de 20 à 40 ans. Elle peut être causée par divers facteurs ou autres maladies tels que : l’herpès, la varicelle, la grippe, les oreillons, le zona, les pneumocoques, la tuberculose, la mononucléose infectieuse, une mycose, l’inhalation ou l’ingestion de substances toxiques, les œstrogènes, les pénicillines, certains antirétroviraux, l’exposition au froid ou au soleil, l’exposition aux rayons X, le lymphome, les néoplasies… Et la liste est encore longue. Personnellement, j’ai été surprise de constater qu’il y avait tant de causes possibles à cette maladie. C’est à se demander comment il est possible qu’elle ne touche qu’un pour cent des patients en dermatologie.

L’érythème polymorphe chez l’enfant

L’érythème polymorphe est peu courant chez les enfants, surtout avant l’âge de 3 ans. Ainsi, les chances pour un bébé d’en souffrir sont quasiment inexistantes. Cependant, même si cette maladie touche rarement les jeunes enfants, il subsiste quand même quelques cas où cela arrive. Elle se manifeste par l’apparition de lésions sur la peau, en forme de cercle faisant entre 0,5 à 2 cm de diamètre. Vous pouvez voir au centre de ces cercles, de petites bulles très rouges et les bords quant à eux sont rouge sombre. Les lésions apparaissent le plus souvent aux extrémités des membres telles que : la paume des mains ou des pieds, les mains, les plantes des pieds, les genoux, les coudes, les avant-bras, et même le visage de l’enfant. Lorsque ces lésions attaquent les muqueuses, elles sont localisées dans la bouche ou sur les lèvres. Dans certains cas très rares, elles peuvent atteindre l’appareil génital et les zones autour, ainsi que l’œil. Et ces cas sont les plus graves. Il est conseillé donc de faire attention à toutes les marques qui apparaissent sur la peau des enfants, et de ne pas tout banaliser. Parfois les lésions peuvent disparaître complètement suite à un traitement dermatologique. Cela dure en général entre 2 et 4 semaines. Dans certains cas un peu plus rares, elles peuvent récidiver, et ce plusieurs fois. C’est alors le signe qu’il y a en dessous une cause qui n’a pas encore été traitée (par exemple l’herpès). L’érythème polymorphe se manifeste sous deux formes : la forme mineure et la forme majeure. Lorsqu’il s’agit de la forme mineure, le mal atteint uniquement la peau et n’aura pas d’impact sur l’état de santé. Si malheureusement vous constatez en plus de l’apparition des lésions, une fièvre, ou si les muqueuses sont touchées, dans ce cas il s’agit de la forme majeure. Cette forme peut évoluer jusqu’à devenir un syndrome de Lyell ou encore, un syndrome de Stevens-Johnson.

Diagnostic et traitements

Pour savoir si votre enfant souffre effectivement de l’érythème polymorphe ou de sa forme plus grave, il vous faut une expertise médicale. Le diagnostic peut parfois être erroné, parce que le médecin ne se base que sur les caractéristiques apparentes du mal pour le donner. Il pourra donc parler d’urticaire, de vascularité ou d’exanthème viral, alors qu’en réalité il s’agit d’un érythème. De même, à première vue, il pourra croire à un érythème alors qu’il s’agit du syndrome de Stevens-Johnson. Le plus souvent, les diagnostics sont posés avec des réserves, et le médecin demandera à suivre l’évolution des symptômes suite au traitement qu’il aura prescrit. Ne négligez donc pas les rendez-vous sous prétexte que le traitement est suivi, il est déconseillé fortement. Ce n’est qu’avec un suivi régulier que le médecin pourra ou non confirmer son diagnostic.

Quant au traitement, il est administré en fonction de la cause réelle du mal. Vous pouvez toutefois appliquer sur les muqueuses, des antiseptiques tels que : Eludril ou bétadine. Si la cause est trouvée, il faudra suivre le traitement adéquat pour détruire le mal à la racine. Par exemple, si la cause c’est un virus de l’herpès, un traitement antiviral est prescrit. Dans certains cas, l’utilisation de corticoïdes peut être conseillée. S’il s’agit des formes plus graves, l’enfant devra être hospitalisé dans un centre spécialisé.