Pertes blanches épaisses : quand faut-il s’inquiéter ?

Les pertes blanches, connues également sous le nom de pertes vaginales ou encore de leucorrhées sont des écoulements naturels du vagin…

Les pertes blanches, parlons-en !

Habituellement de couleur translucide ou blanchâtre, elles ont une texture gluante. Ces pertes blanches arrivent pendant toute la durée de la vie hormonale d’une femme, habituellement quelques années qui précèdent l’arrivée des règles jusqu’à atteindre la ménopause. Lorsque vous avez les pertes blanches cela signifie que vos organes marchent correctement. Néanmoins, dans certains cas, il s’agit d’un signe précurseur d’une infection génitale.

De manière générale, elles sont produites par l’orgasme, en particulier par le vagin et l’utérus. Aussi, sécrétions permettent au vagin dans un premier temps de se protéger et se nettoyer des bactéries. En effet, le vagin comprend des cellules comme la peau qui ne cessent de se renouveler. En étant mélangées à la glaire cervicale, les sécrétions vaginales qui coulent au niveau de la paroi de votre vagin permettent non seulement d’éjecter les cellules mortes qui ont été remplacées par de nouvelles cellules, mais aussi favoriser la sortie des germes qui pourraient se développer dans votre appareil génital.

Dans un second temps, elles permettent au vagin de s’humidifier. En effet, il s’agit d’un lubrifiant naturel. Pendant les rapports sexuels, lorsque la femme est excitée, cela conduit à la production de sécrétion vaginale ce qui a pour objectif de faciliter l’entrée dans le vagin mais aussi la montée dans le col de l’utérus des spermatozoïdes.

Il est clair que toutes les femmes ont des sécrétions vaginales, néanmoins, peu d’entre elles en parlent. Elles sont la résultante d’une activité physiologique normale c’est-à-dire les glandes en marche ainsi que le renouvellement des cellules mortes. Cependant, si leur aspect, couleur ou odeur change, cela pourrait être le signe d’une infection

Les signes d’une infection

Lorsque les sécrétions deviennent abondantes, cela n’est pas le signe d’un problème au hasard. En même temps, il est conseillé de ne pas prendre à la légère l’apparition des pertes blanches ayant une odeur, une couleur ou une texture différente. Dans ces conditions, le mieux à faire est de consulter un médecin.

Il peut arriver que le vagin de la femme renferme des germes bénins, comme ceux étant sur la peau étant donné qu’il s’agit d’une cavité qui est en contact avec l’extérieur. Pour la plupart du temps, les sécrétions ne sont pas les causes des infections, au contraire, certaines protègent même la muqueuse vaginale. C’est par exemple le cas du bacille de Doderlein qui est une bactérie saprophyte. Elle vit à l’état naturel et son rôle est de se nourrir des matières mortes. Lorsqu’elle est dans votre appareil génital cela veut dire que vous êtes en bonne santé, dans le cas contraire ou au cas où vous l’aurez détruite en prenant un antibiotique, vous ouvrez ainsi la porte à toutes formes d’infections.

Des parasites, bactéries ou encore champignons ont la faculté de pénétrer votre cavité et ainsi provoquer une infection vaginale. Dans ce cas, les sécrétions deviennent alors épaisses, d’une odeur nauséabonde et d’une couleur blanc jaunâtre qui est souvent accompagnée d’une sensation de brûlure ainsi que des démangeaisons.

De plus, votre flore vaginale pourrait être perturbée soit par des éléments qui sont généralement inoffensifs. C’est le cas par exemple d’une allergie à une lessive ou un vêtement en nylon ou encore la présence d’un élément étranger comme les tampons qui peuvent dans certains cas provoquer des infections. Lorsqu’elle n’est pas soignée à temps, elle pourrait aller jusqu’aux trompes et l’utérus et dans ces cas les démangeaisons locales ne sont pas la priorité mais plutôt les risques d’infertilité.

Lorsque vous connaissez la nature exacte de votre infection, le traitement à appliquer est très simple. En effet, il suffit d’un traitement à base d’antibiotique par voie orale ou encore des ovules gynécologiques qui seront insérés dans votre vagin pour soigner l’infection. Dans d’autres cas d’infections, votre partenaire devrait aussi être soigné

Quand faut-il s’inquiéter ?

Lorsque la quantité des sécrétions est comprise entre 1 et 4 ml tout va bien. Vous vous demandez sûrement à quoi correspondent 4 ml. C’est dans cet état de choses que le docteur Gunter a fait une vidéo dans laquelle elle explique ce qu’une femme pourrait qualifier de pertes blanches normales. Pour le faire, elle à simuler les sécrétions vaginales avec de l’eau iodée puis, dépose 4 ml de liquide sur une serviette hygiénique ce qui a presque rempli la surface entière de la serviette. Cette quantité qui pourrait inquiéter plus d’une femme est considérée par les médecins comme « normale ».

Au-delà de tout, lorsque vos pertes blanches sont associées à d’autres symptômes comme la démangeaison ou l’irritation ou encore une odeur forte, il est conseillé de prendre rendez-vous chez votre gynécologue.