Santé & bébé : la syndactylie, causes, conséquences et traitements

Les bébés sont des êtres fragiles dont il faut nécessairement prendre soin. Ils peuvent être victimes de nombreux troubles du fait de l’incapacité de leur système immunitaire à pouvoir contrer de manière efficace certaines affections. Cependant, nos petits anges peuvent être victimes de biens de complications depuis le ventre de leurs mères. L’une de ses affections assez répandues est la syndactylie. Quelles sont les origines de cette anomalie et que faut-il faire pour annihiler ses effets sur la santé de nos enfants ?

Qu’est-ce que la syndactylie et quelles sont ses causes ?

La syndactylie est l’une des anomalies congénitales de la main les plus courantes, traitées par les chirurgiens plasticiens pédiatriques. C’est une connexion anormale de 2 ou plusieurs doigts. Le plus souvent, il s’agit d’une sangle entre deux doigts, le majeur et l’annulaire. Cependant, il peut impliquer deux doigts quelconques ou le pouce et l’index. Il peut aussi impliquer plus de 2 doigts. La sangle peut concerner l’ensemble des 2 doigts ou seulement une partie des doigts. La syndactylie est qualifiée de complète lorsque les doigts sont fusionnés sur toute la longueur des doigts, y compris le pli des ongles, et d’incomplète lorsque le pli des ongles n’est pas impliqué. La syndactylie est classée comme « syndactylie simple » lorsque les doigts ne sont reliés que par la peau et les tissus mous, et « syndactylie complexe » lorsque des unions osseuses ou cartilagineuses sont présentes entre les doigts adjacents.

La plupart des syndactylies surviennent pendant le développement de la main et du bras. Pendant le développement embryonnaire normal (alors que le bébé est encore dans l’utérus), la main se forme d’abord en forme de pagaie, puis vers la sixième ou septième semaine de gestation se divise en doigts séparés. La syndactylie se produit s’il y a une irrégularité dans ce processus : les doigts ne se divisent pas normalement (échec de la différenciation) et le résultat est une main palmée.

Certains cas de syndactylie surviennent de façon isolée et sporadique, c’est-à-dire par eux-mêmes, sans raison génétique identifiable. Dans environ 10 à 40 % des cas, l’affection est héréditaire. Et dans certains cas, la syndactylie est un défaut d’accompagnement dans un syndrome génétique, comme le syndrome de Pologne, le syndrome d’Apert ou le syndrome de Holt-Oram. La syndactylie est visible à la naissance. Elle peut également être visible dans l’utérus par échographie fœtale.

Conséquences et traitements de la syndactylie

En général, les enfants atteints de syndactylie réagissent normalement, bien que plus il y ait de doigts affectés, plus l’utilisation des mains peut être difficile. Le principal problème fonctionnel de la syndactylie consiste à saisir de gros objets ou des objets circulaires (parce que les doigts ne s’écartent pas aussi bien qu’ils le feraient normalement). La main est différente avec la syndactylie. Cela peut déranger l’enfant et changer les relations des autres avec lui. Chez certains enfants, cela peut entraîner du stress et une baisse de l’estime de soi.

La seule façon de corriger la syndactylie est la chirurgie. Le diagnostic est posé lors de l’examen physique initial à la naissance. Les radiographies sont importantes en syndactylie complète pour déterminer la position des os, ce qui aidera le chirurgien à déterminer si les doigts peuvent être séparés chirurgicalement. Votre chirurgien discutera des radiographies avec vous et décidera quel type de chirurgie est nécessaire. Lorsque la syndactylie est plus grave et implique des doigts avec os fusionnés, un chirurgien orthopédiste pédiatrique effectuera la réparation.

Le moment de l’intervention chirurgicale dépend de nombreux facteurs différents. Lorsque la syndactylie implique le pouce et l’index ou l’annulaire et l’auriculaire, il est préférable d’effectuer l’intervention tôt, souvent vers l’âge de 6 mois. D’autres syndactylies peuvent être traitées lorsque l’enfant est plus âgé, souvent entre 12 et 18 mois.

L’intervention chirurgicale peut s’avérer un peu complexe dans certains cas. En effet, la syndactylie doit être reconstruite à l’aide d’une série de volets soigneusement conçus. Une nouvelle peau doit être apportée entre les doigts, ce qui nécessite parfois des greffes de peau. Les mains sont habituellement placées dans des pansements mous et volumineux jusqu’à 4 semaines après l’intervention chirurgicale, avant de pouvoir entamer les séances de thérapie. La thérapie aide à faciliter la cicatrisation et également à retrouver un bon mouvement des doigts.

Pour la plupart des cas, la chirurgie corrige l’état et permet une utilisation et une apparence normale des mains et des pieds.