Santé & enfant : la vaccination contre la méningite à méningocoques

Tout ce que vous devez savoir sur la vaccination contre la méningite à méningocoques.

Que faut-il savoir sur la méningite ?

La méningite est une maladie due à une infection de l’enveloppe du cerveau. Elle est provoquée par certaines bactéries et la plus dangereuse d’entre elles est le méningocoque. Assez rare, la méningite peut être fatale. Le taux de mortalité atteint ± 50 % lorsqu’elle n’est pas traitée, 10 % lorsqu’elle est traitée et 10 à 20 % des survivants gardent des séquelles neurologiques selon le site vaccinationinfo.

Le méningocoque comporte une multitude de souches mais les plus dangereuses d’entre elles et source d’épidémies sont les souches A, B, C et W135.

Les différents types et importance du vaccin contre la méningite

Ils existent des vaccins contre toutes les souches du méningocoque. À savoir le vaccin contre le méningocoque A, B, C, W135 et Y. Mais, leur protection contre les souches à une durée limitée.

  • Chez les bébés, les enfants d’un an et les adolescents d’au plus 24 ans, le vaccin contre le méningocoque C est recommandé par Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Ce qui les immunise contre les risques d’infections. Les enfants sont les plus exposés aux bactéries provoquant la méningite car ils sont assez vulnérables. La moitié des cas de méningite chez les enfants survient avant l’âge de 5 ans selon le responsable du centre national de référence des méningocoques à l’institut pasteur, Muhamed-Kheir Taha. Un enfant ayant déjà été vacciné contre la souche C peut également recevoir le vaccin multisouche A, C, W135, Y un mois après la précédente vaccination.
  • Chez les sujets présentant des risques d’infection, le vaccin à multisouche, c’est-à-dire A, C, W135, Y et le vaccin B aussi sont recommandés.

Fréquence de l’épidémie

  • Les épidémies de la méningite observée de nos jours en Afrique sont majoritairement dues aux méningocoques A, C et W135. L’Afrique est donc le continent le plus touché par la méningite plus précisément l’Afrique subsaharienne (de l’ouest du Sénégal à l’est de l’Éthiopie). Toujours selon vaccinationinfo, c’est de décembre à juin durant la saison sèche que l’épidémie est plus fréquente.
  • Et les épidémies observées en Amérique comme en Europe sont pour la plupart dues aux méningocoques B et C.
  • Au royaume unis, les nourrissons sont de plus en plus vaccinés contre la souche B.

Le site mesvaccins, un site reconnu par la Haute Autorité de Santé, le taux de vaccination était de 64 % pour les bébés de deux ans, et de 5,4 % chez les jeunes de 20 à 24 ans en France en 2014. Et selon François Vié Le Sage, le taux de vaccination devrait atteindre les 90 % afin que les nourrissons soient réellement immunisés contre la méningite.

  • Le méningocoque A est la souche responsable des épidémies de la méningite en Asie.
  • Et en Arabie Saoudite, l’épidémie due à la souche W135 avait surtout été observée chez ceux qui se rendaient à la Mecque. L’instauration de la vaccination contre la méningite obligatoire pour les pèlerins a heureusement pallié ces épidémies devenues un peu trop fréquentes.

Les pays considérés comme les plus touchés par la méningite sont la Guinée Bissau, la Guinée Conakry, le Sénégal, le Mali, le Bénin, le Tchad, le Soudan, le Nigeria, l’Éthiopie, la Gambie, le Burkina Faso, le Niger, l’Arabie Saoudite et le Centrafrique.

Quelques recommandations concernant le vaccin

  • Les pèlerins doivent se faire vacciner 10 jours au moins avant le voyage pour une validité légale de 3 ans.
  • Pour les voyageurs du mois de décembre au mois de juin ayant pour destination les pays considérés comme les plus touchés par la méningite, il est recommandé de se faire vacciner contre les souches A, C, W135 et Y. surtout s’ils doivent être en contact de quelque manière que ce soit avec les habitants de ces pays pendant plus d’1 mois.