Signes et symptômes du burn-out maternel

L’épuisement maternel touche de plus en plus de femmes dans notre société. Phénomène encore tabou, il est parfois difficile de se rendre compte que l’on est en train de perdre pied. Il faut donc savoir décrypter les signes annonciateurs. Voilà notre coup de pouce pour vous.

Les signes de Burn out maternel

Vos symptômes peuvent s’apparenter à la dépression. Vous êtes fatiguée constamment et très stressée. Votre rythme de sommeil est décalé, vous avez des troubles du sommeil. Vous oubliez plein de choses, ressentez un manque de concentration. Vous êtes souvent triste, à fleur de peau. Vous ne pouvez plus supporter le bruit, les demandes des enfants, cette dépendance qui est le propre des mères, leur quotidien. Vous pouvez également avoir des douleurs physiques, aux épaules ou au dos.

Cependant, vous vous sentez nulle, incapable de rien. Vous avez l’impression d’être une mère qui n’est pas à la hauteur des attentes de ses enfants ou son conjoint, vous doutez de vos capacités maternelles. Vous ne vous sentez pas comprise. Du coup, vous avez tendance à vous isoler, parfois dans certaines addictions.

Parfois, vous vous sentez différente de l’habitude, vous n’arrivez plus à être empathique et vous n’avez plus de motivation pour quoi que ce soit. Le signe majeur est le rejet, vous ne comprenez plus et ne supportez plus vos enfants. Ce rejet peut se manifester à divers âges et s’illustre par une incapacité à vous occuper de votre enfant, à supporter ses demandes et ses exigences.

Voilà en gros les différents signes de burn-out maternel, une fois vous ressentez la présence l’un de ces symptômes chez vous, n’hésitez pas à consulter au plus vite le médecin qui convient.

Les remèdes

Essayez le maximum d’exprimer vos sentiments, mettez des mots sur ce que vous ressentez. Surtout n’ayez pas honte de ce que vous direz. Le fait d’en parler avec des personnes proches ayant des enfants par exemple, vous fera prendre conscience que vous n’êtes pas la seule à ressentir toutes ces choses.

En effet, prenez aussi le temps d’en parler avec votre conjoint, c’est une étape essentielle pour changer la situation afin de vous apaiser. Il faut laisser à votre homme la possibilité de prendre en charge différentes activités pour vous soulager et selon une organisation qui vous convient à tous les deux.

Toutefois, si vous ne pouvez en parler à personne, prenez un rendez-vous chez un professionnel afin de vous soulager de toute cette pression que vous ressentez. C’est la première étape vers l’apaisement, pour vous mais aussi pour vos enfants.

Vous devez surtout vous accepter vous-même, avec vos imperfections, tout le temps, à chaque instant. Construisez à votre manière la relation que vous souhaitez avec votre enfant. Vous n’êtes pas obligée de suivre le même modèle que vos parents ou de ressembler aux mères parfaites que vous admirez. Soyez également vous-même, faites-vous confiance. Ce qui est essentiel, c’est surtout l’amour que vous offrez à vos enfants, montrez à votre enfant que vous l’aimez, chaque jour. On peut s’autoriser certaines imperfections mais si on lui prouve qu’il est aimé, il comprendra et acceptera certaines limites.

L’étape la plus essentielle pour relativiser, c’est consacrer du temps pour soi-même, même cinq minutes par jour, pour prendre le temps de respirer, de se concentrer sur soi, rien que sur soi.
On a souvent tendance à oublier nos besoins personnels, intellectuels, affectifs, que dire que quand on est maman ? Certaines mères s’investissent tellement dans l’avenir de leurs enfants qu’elles délaissent tout ce qui les concerne, c’est-à-dire leur vie personnelle et leur vie de couple par exemple. Prenez le temps de penser à vous, rien qu’à vous. Cela ne sera que bénéfique pour votre bien-être et celui de vos enfants, car si vous êtes heureuse, votre enfant le sera aussi.